République de Moldavie thème

Pays :

République de Moldavie

Thème :

Biodiversité de la République de Moldavie

 

« Jardin de Conte de Fées »

 

Objectif et contenu de l’exposition

Le prototype du « Jardin de Conte de Fées » est un tapis national datant du 19ème siècle faisant partie du patrimoine culturel du pays (Voir la photo). L’équipe de Moldavie a décidé de créer un tapis formé de fleurs représentées par des espèces décoratives issues de la flore de République de Moldavie (Paeonia peregrina, Anemone sylvestris, Primula veris, Clematis integrifolia, Vinca minor, Asarumeuropeum, Adonis vernalis etc.), des espèces en voie de disparition, des espèces protégées par la loi, mais également des espèces ayant des fleurs permanentes et colorant longtemps le jardin. De plus, il y aura également des espèces obtenues du Jardin Botanique de l’Académie des Sciences intégrées sous forme de compositions avec des petites formes et caractères architecturaux des contes folkloriques afin d’impressionner les visiteurs, en particulier les enfants. Ainsi, nous inclurons des éléments décoratifs tels que des bancs, des puits, des voitures, des balançoires ainsi que des caractères des contes de Fées : La Chèvre et les Trois Enfants, le loup, Pacala et Tandala, le renard, l’ours, Fat-Grumos et Ileana Cosanzeana, le dragon, la vieille sorcière etc. Et les visiteurs pourrons écrire sur un papier leurs vœux et les laisser sur « l’Arbre des vœux ». L’arbre sera au centre de ce tapis. Les mascottes de l’exposition seront à côté de l’arbre : Ece et Efe porteront les vêtements traditionnels de Moldavie. Les portes d’entrée seront décorées d’un style traditionnel et le jardin sera entouré par une clôture décorative formée des baguettes. Le but de ce projet est de faire connaitre les diversités de la flore et faune de notre pays, les traditions et les costumes nationaux et ravir les visiteurs avec un jardin paysager magnifique.

 

Histoire :

Elle reflète pour 2015-2020 les buts et les objectifs des activités de la République de Moldavie sur la stratégie (ci-après dénommée Stratégie) de la diversité biologique, l’état actuel de la biodiversité dans la République de Moldavie, les tendances des changements des composants de la biodiversité et la protection de la biodiversité.

Le concept de biodiversité ou le concept de diversité biologique a été défini pour la première fois lors du Sommet Mondial UNCED organisé en 1992 à Rio de Janeiro en liaison avec l’approbation d’un nouvel outil environnemental international. Elle souligne l’importance de la vie dans le monde et détermine quatre approches : diversité des écosystèmes, diversité des espèces, diversité génétique et diversité culturelle ethnique.

Sur le plan conceptuel, bien que la biodiversité possède une valeur qui lui est propre, elle associe les autres valeurs avec les éléments écologiques, génétiques, sociaux, économiques, scientifiques, éducatifs, culturels, récréatifs et esthétiques.

La biodiversité qui est la condition principale de l’existence de la civilisation humaine, soutient le développement des systèmes de la vie et des systèmes économiques sociaux. Dans les écosystèmes naturels et semi naturels il existe des connexions internes spécifiques, ainsi par le biais de ceux-ci la formation de la productivité, de l’adaptabilité et de la durabilité sont assurés en réalisant des échanges matériels, d’énergies et d’informations.

 

 

Ces interconnexions sont extrêmement complexes; il est difficile de prédire l’importance de chaque espèce et les conséquences de la diminution ou bien de la disparition de ces espèces. Celles-ci sont indispensables pour la survie sur le long terme des écosystèmes qui sont les principaux fournisseurs des ressources desquelles le développement et la prospérité humaine dépendent. Pour cette raison, la continuité de la biodiversité est importante pour assurer la survie des diverses formes de vie, y compris humaine.

 

Le rôle de la biodiversité est tout aussi important pour l’obtention des fonctions des systèmes écologiques tels que les conditions climatiques et du sol, l’assainissement de l’eau, l’atténuation des catastrophes naturelles et ses impacts.

La République de Moldavie a approuvé la Convention sur la Diversité Biologique en 1995 (ci-après dénommée CDB). Cette convention traite de la protection de la biodiversité, de l’utilisation des éléments durables et du partage juste et équitable des avantages résultant de l’utilisation des ressources génétiques et de l’accès à ces ressources et assure un financement approprié au sujet des mesures de protection de la biodiversité.

Les parties dans le cadre de la Conférence CBD, les principes constituant la base de la protection et du développement durable de la biodiversité au sein du développement durable du système économique social sont approuvés comme suit :

1)        Principe de prévention : Si les effets éventuels des dangers sont éliminés ou atténués, la biodiversité peut être maintenue d’une manière efficace ;

2)        Principe de l’attention : l’absence d’un travail scientifique complet ne peut pas être accepté comme le fondement pour l’acceptation des activités ayant un effet négatif sur la biodiversité ;

3)        Principe pollueur-payeur : La partie causant la disparition de la biodiversité doit payer les coûts concernant la prévention, l’atténuation de l’effet ou l’obtention de la reconstruction écologique ;

4)        Principe de la filiale publique relatif à la prise de décision et l’accès à l’information environnementale et à la justice : les personnes doivent avoir un droit d’accès aux informations environnementales et de participation à la prise de décision concernant l’environnement ;

5)        Principe d’intégration sectorielle : le maintien de la biodiversité et l’utilisation durable des composants doivent être pris en considération lors du processus de décision et de la formation des règles spécifiques sectorielles ;

6) Principes de l’approche éco systémique : C’est une stratégie de gestion cohérente et intégrée, basée sur l’application des méthodologies scientifiques pertinentes en tenant compte de la structure et des fonctions des écosystèmes et de leurs capacités de soutien ;

7) Principe du réseau écologique : l’obtention de la connectivité entre les paysages sociaux permettant au sein de l’environnement naturel protégé en tant que composants centraux d’obtenir des éléments et des connexions écologiques.

 

La Convention cadre CBD contient uniquement des mesures de protection générale et d’utilisation durable. Pour les appliquer il est nécessaire de développer les stratégies, le plan national ou les programmes ou bien adapter ceux qui sont déjà prêts et en même temps maintenir la biodiversité aux secteurs pertinents, plans, programmes et règles et intégrer son utilisation durable.

Pour cette raison, le Parlement en 2001 a approuvé la Stratégie Nationale et le Plan d’Action concernant la protection de la diversité biologique (ci-après dénommée le NBSAP). Ces deux documents ont déterminés pour les 10 prochaines années les aspects des principales activités et ont mobilisé les capacités internes du pays à la résolution des problèmes définis et urgents. La réalisation des 263 actions de NSAP en 2001 a été assurée par un soutien financier d’environ de 19 millions USD. Les exécutants principaux de ceci sont le Ministère de l’Environnement, l’Académie des Sciences de Moldavie, le Ministère de l’Agriculture et de l’Industrie Alimentaire, Ministère de l’éducation et l’Agence «Moldsilva».

Les actions concernant NSAP CBD ont été réalisées et l’avancement de l’application a été reflétée dans 5 rapports nationaux (1999, 2001, 2005, 2010, 2014) au sujet de la biodiversité. Ceux-ci ont été publiés dans le site web de CBD (www.cbd.int) et dans le bureau de la Biodiversité (http://bsapm.moldnet.md) au sein du Ministère de l’Environnement.

Malgré les progrès importants sur la protection de la biodiversité (l’élargissement des sites naturels et des zones boisées, la création du réseau écologique national, la sensibilisation écologique de la population) le processus de dégradation des écosystèmes et des milieux naturels n’ont pas été stoppés.

Le but de cette stratégie est la création de conditions afin d’améliorer la qualité des éléments de la biodiversité en renforçant les fondements du développement durable du pays. Dans ce contexte, la vision de cette stratégie est de refléter les souhaits de la République de Moldavie qui sont aussi proches que possible des Normes Européennes ainsi que l’idéal de satisfaire l’objectif d’intégration européenne. Le but de toutes les instructions de développement prioritaires présentes dans cette stratégie est d’harmoniser les réglementations nationales avec celles de l’Europe.

En conclusion, par la mise en vigueur de cette Stratégie, les dispositions des contrats internationaux dont la République de Moldavie fait partie devraient être menées au niveau national, en particulier les recommandations présentes dans le plan de la biodiversité Stratégique incluant les objectifs de biodiversité d’Aichi de la manière approuvée par les Parties à Nagoya (Japon) lors de la Conférence CDB présente dans le Plan Stratégique EU CDB jusqu’en 2020, dans le cadre de la protection des couches fragiles de la population et par rapport au rôle de la femme dans la protection de l’environnement et dans le contexte de gestion de ressources naturelles durables, tel qu’il est présenté par l’ONU.

Les parties prenantes de cette stratégie doivent être les principales autorités publiques centrales (Ministère de l’Environnement, Ministère de l’Agriculture et de l’Industrie Alimentaire, Ministère de l’Economie, l’Agence “ Moldsilva”), l’Académie des Sciences de Moldavie, les autorités administratives locales, les sociétés de droit (les associations publiques, les collectivités, le public en général) ainsi que le secteur privé (les parties actives dans l’industrie, le tourisme, la gestion des ressources naturelles).